Archives du tag ‘Kasa-Vubu

Des maraichères envahissent l’ex cimetière de Kasa-Vubu   Leave a comment

Des mamans maraîchères ne respectent pas les morts au cimetière de Kasa-Vubu.

Des mamans maraîchères ne respectent pas les morts au cimetière de Kasa-Vubu.

Après le lotissement de la pépinière de Bandalungwa, des maraichères de ce site ont, depuis quelques temps, du mal à produire à l’espace ex-Cimetière de Kasa-Vubu, situé au croisement des avenues Kasa-Vubu et Sao dans la commune de Kasa-Vubu. En ce lieu, les travaux champêtres se font de lundi à samedi. De loin, l’on n’aperçoit que la verdure des plates-bandes de légumes. Mais on perçoit également des silhouettes des maraichères en mouvement qui travaillent en ordre dispersé. C’est-à-dire chacun dans son espace. Les unes se livrent au labour et à l’arrosage des plates-bandes. Les autres par contre s’emploient à négocier les prix avec les revendeuses. A l’intérieur de cet espace, sont plantés aussi des arbustes servant par moment des lieux de repos ou d’abris contre le soleil. On y trouve aussi des petits restaurants de fortune. L’on peut encore observer sur ce lieu la présence des puits. Ces sources d’eau permettant aux maraichères d’arroser leurs champs. Les passants traversent innocemment ce lieu. Lire la suite »

Publicités

Publié 9 janvier 2013 par rachidimabandu dans société

Tag(s) associé(s) : , , ,

Un corps sans vie trouvé dans une boucherie à Kasa-Vubu   Leave a comment

Le corps sans vie de la victime.

Mystère sur les circonstances de la mort de ce jeune homme.

Le réveil pour la journée de samedi 1er décembre ne s’est pas fait d’une manière ordinaire pour les habitants de quartier Lodja dans la commune de Kasa-Vubu, à Kinshasa.  Ceux qui sont habitués de se lever un peu tôt ont été surpris de découvrir un corps sans vie juchant sans une boucherie au croisement des avenues Ethiopie et Victoire.

Pas de signes graves dans le corps de la victime excepté le sang qui coule de sa bouche.

Pas de signes notoires dans sur son corps exepté le sang qui coule de sa bouche.

Face à la curiosité que ce suscité ce « meurtre », plusieurs curieux ont accouru sur les lieux dans le but d’identifier la victime. Jusqu’à 9 heures de la journée, aucun habitant de la municipalité n’a reconnu la victime, un garçon dont l’âge peut varier entre 23 et 27 ans.

C'est dans cette boucherie que le corps de la victime a été trouvé.

La boucherie dans laquelle la victime a été trouvée.

L’arrivée tardive sur les lieux des officiers de la police judicaire du sous-commissariat de l’avenue Maringa n’a pas non plus permis de lever la voile sur le mystère qui entoure l’identité de l’infortuné. Moins encore les circonstances de sa mort. Les éléments de la Police nationale se sont donc contentés de prendre quelques détails sur place avant de sollicité la permission du Procureur pour amener la dépouille à la morgue. Lire la suite »

Publié 1 décembre 2012 par rachidimabandu dans société

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Un garçon de cinq ans réclamé par deux pères au Tribunal de paix d’Assossa à Kinshasa!   Leave a comment

Plusieurs sujets de faits divers occupent les Tribunaux de paix de Kinshasa.

Plusieurs sujets de faits divers occupent les Tribunaux de paix de Kinshasa.

Deux pères réclament un garçon de cinq ans. Cette histoire qui dépasse tout entendement se passe au Tribunal de paix d’Assossa situé dans la commune de Kasa-Vubu à Kinshasa. En fait, c’est au cours d’une audience publique organisée la semaine dernière dans la chambre II de ce Tripaix, que deux pères réclament la paternité d’un garçon, que chacun affirme avoir eu avec une femme hôtelière, âgée de 35 ans. Mais curieusement, cette femme ne reconnait pas les deux plaignants comme étant les «pères» de son fils. Suite aux zones d’ombres qui entourent ce dossier, le Tribunal a renvoyé l’affaire au jeudi 20 décembre prochain en attendant les résultats du test d’ADN des présumés pères et de leur prétendu fils.

Les deux plaignants avouent avoir pris en charge tous les préparatifs de la maternité de cet enfant. Mais après 3 ans, la mère avait disparu de la circulation sans laisser des traces. Parmi les prétendants pères du garçonnet, l’un habite Kinshasa et l’autre réside à Paris. Les deux ont déposé leur plainte depuis 2010 pour réclamer la paternité de leur fils. Et c’est seulement cette année qu’ils ont retrouvé la mère de cet enfant à problème. Lire la suite »

Publié 28 novembre 2012 par rachidimabandu dans Nos réalités

Tag(s) associé(s) : , , ,

L’état de toilettes inquiétant à Kinshasa !   3 comments

C'est bizarre de voir des êtres humains utiliser cet espace pour la toilette intime.

C’est bizarre de voir des êtres humains utiliser cet espace pour la toilette intime.

L’humanité célèbre le 19 novembre de chaque année la Journée mondiale des toilettes ou   « World Toilet Day ». Instituée depuis 2001, la Journée mondiale des toilettes a pour objectif de sensibiliser le grand public sur les questions d’hygiène à l’échelle planétaire. Selon la directrice générale de l’OMS, l’absence de toilettes au domicile de nombreuses familles a un impact important sur la santé et sur le développement. Des toilettes à domicile épargnent à la famille des maladies. A l’occasion de la Journée mondiale 2012, l’Organisation Mondiale des Toilettes (OMT), demande à chaque individu, dans son pays, de militer pour obtenir une égalité d’accès aux toilettes pour les femmes et des aménagements spéciaux pour les handicapés.

Face à l'absence de toilettes publiques, certains Kinois n'hésitent pas à se soulager sur la voie publique.

Face à l’absence de toilettes publiques, certains Kinois n’hésitent pas à se soulager sur la voie publique.

Cependant, à Kinshasa où cette Journée passe inaperçue, l’état des lieux offre des toilettes offre un tableau plutôt sombre. Deux individus sur quatre n’ont pas accès aux toilettes modernes. Dans les quartiers précaires, la situation suggère l’explosion d’une endémie mortelle. Nombreux sont les habitants des entités populaires qui ne fréquentent pas de toilettes entretenues. Le centre-ville même n’est pas à l’abri. Le même constat s’applique à certaines organisations professionnelles. Il n’est donc pas étonnant que certaines entreprises n’aient pas de toilettes dans leurs enceintes. Lire la suite »

Débouchés, des caniveaux de nouveau bouchés par les immondices à Bandalungwa et Ngiri-Ngiri   Leave a comment

A Bandalungwa et Ngiri-Ngiri, certains Kinois vivent en pleine poubelle.

A Bandalungwa et Ngiri-Ngiri, certains Kinois vivent en pleine poubelle.

Depuis un certain temps une équipe de l’Hôtel de Ville s’active à enlever des immondices des caniveaux dans les communes de Bandalungwa et Ngiri-Ngiri. Cette opération concerne des canniveaux des avenues Kasa-vubu , Gambela et Assossa. Cependant, les caniveaux débouchés sur ces artères s’emplissent de nouveaux avec les détritus qui s’y trouvaient naguère. Cela parce que les déchets évacués de ces conduites d’eaux sont entassés à seulement quelques centimètres desdits caniveaux et y restent longtemps. Voilà qui rend complètement inutile le labeur de ces hommes qui travaillent sous un soleil de plomb observé ce dernier temps. Lire la suite »

Publié 26 octobre 2012 par rachidimabandu dans Salongo

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :